Actualité photo

Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D) Concours Longwy (3D)

Calendrier du club

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28

Prochains événements

Aucun évènement à venir!

Météo des entrainements

25.9°C

Ciel dégagé
Humidité: 50%
Vent: Nord à 10.8 kmh
lundi

3°C/13°C
mardi

2°C/10°C
mercredi

0°C/11°C
jeudi

1°C/12°C
KWeather is powered by Kaleidoscoop

Dernières annonces

Arc Soft

On peut différencier les arcs d’après leurs formes, mais aussi d'après leur apparition historique ou géographique. On les tire en droitier ou en gaucher, c’est-à-dire en tenant l'arc de la main gauche (droitier) ou de la main droite (gaucher), suivant que l’œil directeur est celui de droite ou de gauche.

Actuellement, les arcs les plus courants sont :

  • l’arc classique ou recurve (type retenu pour les jeux olympiques)
  • l’arc à poulies ou arc compound. L'avantage de ce dernier est de réduire l'effort de maintien de l'arc bandé let-off, sans pour autant diminuer la puissance de l'arme.
  • l'arc droit ou longbow

La « puissance » d’un arc (en réalité la force nécessaire à le maintenir armé pour un arc classique ou la force maximale nécessaire pour l'armer pour un arc à poulies) est indiquée sur la branche du bas en livres-force. Plus précisément il s'agit d'une force nominale, qui correspond à la réaction de l'arc pour un armement à une allonge de 28 pouces (71,12 cm). Si l'allonge de l'archer est plus petite la force de réaction sera plus petite (comme un ressort mais non linéaire). Par exemple, un arc de 35 livres n'aura qu'une réaction réelle de 24 livres si l'archer a une allonge de 22 pouces (ces chiffres varient d'un type de branches à l'autre).

 

L'énergie transmise à la flèche est le produit de la force exercée par la distance parcourue pendant qu'elle est appliquée (encore l'allonge de l'archer). La force exercée est elle-même un peu moindre que celle qui a été nécessaire pour armer l'arme, du fait des pertes de rendement (une partie de l'énergie sera absorbée par l'arc et le tireur, sous forme de vibrations et mouvements parasites)

Dans tous les cas, choisir de pratiquer une arme entraine une réglementation particulière propre ce choix.

 

Le Longbow anglais, dit le Grand Arc en français, est en fait d'origine Galloise. Sa forme est droite et il mesurait plus de 2 mètres au Moyen Âge lorsqu'il était destiné à un homme de taille moyenne (environ 1,65 m).

Sa forme transversale en D est caractéristique. La partie plate se positionne côté cible (c'est le dos de l'arc), la partie arrondie face au tireur (c'est le ventre de l'arc).

Comme la quasi totalité des arcs avant 1950, il ne possède pas de repose-flèche. On pose la flèche sur la main, d'où l'obligation de ne tirer que des flèches "ligaturées" (on enroule un fil autour du fût et de la base des plumes afin que leurs pennes ne risquent pas de pénétrer sous la peau lors du tir).

La notoriété du longbow vient du fait qu'il est directement responsable des victoires anglaises pendant la guerre de cent ans. En effet, les rois anglais engageaient les archers de façon massive (5 000 à Azincourt, 12 000 à Crécy) tandis que les rois français préféraient engager un plus petit nombre d'arbalétriers mercenaires étrangers (500 à Azincourt). Or un bon arbalétrier tire difficilement plus que 4 carreaux en une minute alors qu'un bon archer tire 12 à 15 flèches. À Azincourt, 2 000 carreaux à la minute ne pouvaient rivaliser avec 75 000 flèches à la minute!

Avec un longbow puissant (plus de 100 livres), la portée maximum avoisine 260 mètres, à 200 mètres une flèche peut pénétrer une cotte de maille, à 100 mètres une armure.

Les meilleurs Longbows sont en if (Taxus Baccata). La propriété de cet arbre est d'avoir un cœur qui accepte la compression (donc on le positionne au ventre de l'arc), et un aubier qui accepte l'extension (donc on en laisse une partie au dos de l'arc). Ainsi l'arc est plus souple, casse moins et autorise une plus grande allonge, donc une plus grande puissance et une plus grande portée.

Comme tous les arcs en bois épais, il nécessite un rodage progressif avant de pouvoir supporter une grande allonge. On doit le cirer régulièrement pour le protéger du soleil, de la pluie et des insectes xylophages (aujourd'hui, on le vernit).

La quantité d'if disponible en Angleterre devenant vite insuffisante pendant la guerre de cent ans, on le réservait en priorité aux nobles anglais (certains appréciaient l'arc pour la chasse et les loisirs) et on en importait d'Espagne et d'Italie. Les hommes plus ordinaires utilisaient plutôt des Longbows en orme (meilleur second choix de bois) et les archers de guerre se contentaient souvent de frêne.

 

Source : wikipedia

Arcs Olympiques

L’arc à double courbure, parfois appelé recurve du mot anglais signifiant recourbé. En français, on l'appelle aussi arc classique, probablement parce que c'est le modèle le plus utilisé actuellement, bien qu'il n'existe que depuis les années 1950 dans sa forme actuelle. Il existe des modèles non-démontables (monobloc), et des modèles démontables.

Le modèle le plus courant est celui utilisé aux Jeux Olympiques, qui comporte des éléments améliorant la stabilité et la précision du tir.

 

Arcs nus

Variante de l'arc classique, cet arc bien qu'identique s'utilise sans adjonction d'accessoires. Seul le repose flèche est autorisé.

 

Le compound a été développé aux États-Unis pour la chasse au gros gibier. Le premier brevet fut déposé en 1969 par Holless Wilbur Allen. Les compounds sont en aluminium ou en matériaux composites.

Au bout de chaque branche se trouve une poulie où passent des câbles. L’avantage consiste dans le fait que, environ à la moitié de l’armement, la force nécessaire diminue de 40 % à 60 %, voire plus, ce qui permet à l’archer de tenir longtemps à plein armement sans fatigue, tandis qu’un arc traditionnel, une fois bandé, doit être lâché rapidement, sinon le bras de l’archer fatigue, tremble et la précision du tir diminue. La corde accélère la flèche après le lâcher ce qui lui donne plus de force. La vitesse au lâcher peut atteindre 90 m/s. Le vol a très peu de parabole, ce qui accroît la précision du tir.